Jour 113 à 116 : D’une Baie d’Halong à l’autre…

Attention : très long article que vous pouvez lire par épisodes !

Lundi 29 mai :

Nous avons rendez-vous à 9 h avec le chauffeur qui doit nous conduire à Tam Coc, près de Ninh Binh, dans la baie d’Halong terrestre dont on nous a dit qu’elle valait largement la baie maritime. Nous sommes donc impatientes de la découvrir. Cette fois c’est avec un jeune chauffeur au volant d’une berline confortable que nous voyageons. En un peu moins de 2 heures nous arrivons à destination.

IMG_7767

Le paysage sur la route n’est pas folichon, voire même vraiment tristounet. C’est seulement quelques kilomètres avant d’arriver que nous découvrons les fameux rochers karstiques qui font la réputation et la beauté de la Baie.

IMG_6176Christine nous a réservé une nuit dans un magnifique resort au milieu des rizières. L’adresse m’avait été vivement recommandée par une amie elle-même amoureuse du Vietnam, mais j’avais vite constaté que ça n’entrait absolument pas dans mon budget, même en m’autorisant une folie. Aussi, quand Christine, décidée à nous offrir un séjour de rêve, m’a parlé de cet endroit conseillé également par le Guide du Routard, je n’ai pas fait de façons et n’ai pas caché mon enthousiasme. A vrai dire ça m’emballait même beaucoup plus que son envie initiale de réserver dans l’un des hôtels les plus côtés de Hanoï, où nous étions même allées pour prendre des renseignements. Sa piscine et sa classe étaient évidemment tentantes, mais pas trop mon délire…

Bref, le Tam Coc Garden Resort, tout aussi luxueux, est d’un charme infini. Tout y est conçu avec raffinement, dans un cadre luxurieux – les jardins sont magnifiques.

Le personnel est attentif et chaleureux, pas guindé. Nous sommes accueillies avec un excellent thé à l’écorce d’hickory et citronnelle, des lingettes rafraîchissantes. Il est un peu trop tôt pour avoir notre clé, nous faisons donc le tour du site en attendant que notre chambre soit prête. Nous ne sommes pas déçues quand nous la découvrons : il s’agit d’une petite maison en pierre, nichée dans le jardin. . Le mobilier magnifique dans un style exotique-zen-nature raffiné et du meilleur goût. Bois clair, bambou, rotin, terre cuite, lin, pierres apparentes, couleurs douces. Des lits au salon, en passant par la salle de bain, tout y est superbe et incite à la détente et au bien-être

Une terrasse face à une rivière et aux rizières offre une vue incroyable. C’est un véritable cadre de rêve et jamais je n’ai séjourné dans un endroit pareil. Après nous être installées, nous allons déjeuner sur la terrasse du bar, au bord de la piscine.

IMG_7536Notre programme pour l’après-midi est établi : sieste et baignade. Puis nous empruntons les vélos mis à notre disposition pour aller nous balader au milieu du paysage de rêve qui nous entoure. Ici le riz est prêt à être récolté et la moisson a commencé. Partout dans les champs les paysans travaillent.

Sur le chemin, les machines à égrainer le riz sont en action. Le foin résiduel est étalé à même la chaussée et mis à sécher. Plus loin le foin déjà sec est balayé et rassemblé en meules. Le riz est aussi étalé et mis un peu à sécher. Devant certaines maisons, c’est toute la terrasse qui est couverte de riz.

IMG_6171Nous pédalons jusqu’à l’embarcadère du village tout proche pour faire une promenade de 2 heures en barque. Contre quelques milliers de dongs (50 cts), une vendeuse de boissons fraîches nous garde les vélos. Tout est très bien organisé et un bureau vend les tickets. Pas de temps de perdu, on nous attribue une barque et une rameuse et nous embarquons. Comme à Sapa, ce sont les femmes qui assurent l’activité touristique, pendant que les hommes travaillent dans les rizières. La particularité de ces rameuses est qu’elles manient les rames avec les pieds. On pourrait croire qu’elles pédalent.

IMG_6002C’est assez surprenant à voir. Nous avons lu des témoignages racontant que des dizaines de barques sont en file indienne pour circuler au milieu des rizières et dans les grottes où elles doivent même faire la queue. Or nous sommes chanceuses, il y a très peu de monde. D’une part parce que nous y sommes arrivées vers 16h, heure où les touristes qui font cette excursion en bus, à la journée, au départ d’Hanoï, sont repartis, et d’autre part nous sommes en basse saison pour les touristes occidentaux. Ce sont essentiellement des touristes vietnamiens qui sont là.

Une fois de plus le décor magique qui s’offre à nous nous émerveille. Le VietNam offre vraiment une variété de paysages incroyables, rares, et plus beaux les uns que les autres.

C’est réellement l’atout majeur de ce pays qui me ravit. Dans les rizières les paysans sont à pied d’œuvre, nous souriant au passage et échangeant quelques mots avec notre  rameuse.

IMG_6038Les rochers karstiques se dressent un peu partout, créant un labyrinthe dans lequel glisse la barque. De temps en temps, c’est sous la roche que nous naviguons, dans les grottes que l’érosion a formées.

Nous admirons un vol de hérons qui viennent se poser à quelques mètres de nous.

IMG_6095Puis ce sont des chèvres qui crapahutent dans les rochers environnants.

IMG_6077C’est dans les couleurs et les superbes contrastes du soleil couchant que nous revenons à notre point de départ après cette parenthèse enchantée.

Le retour à l’hôtel est aussi agréable que l’aller et nos arrêts-photos nombreux. Au passage, nous nous arrêtons pour visiter le Temple de Jade selon la recommandation du manager de l’hôtel, un jeune belge sympathique, venu se présenter à nous pendant que nous déjeunions. Nous sommes quasiment seules sur le site.

De retour à l’hôtel, pendant que Christine se douche, je ne résiste pas à l’appel de la bière fraîche du mini-bar à notre disposition, et c’est sur la terrasse de notre bungalow, en admirant un énième superbe coucher de soleil, que je la déguste.

IMG_6162 Je ne m’en lasse pas… des couchers de soleil – et de la bière non plus d’ailleurs (Je précise au passage que Christine n’aime pas, sans quoi je ne l’aurais évidemment pas bue seule).

Enfin nous terminons cette superbe journée par un mojito vietnamien : rhum, citron vert, gingembre, bâton de cannelle, et coriandre à la place de la menthe – toujours sur les conseils avisés du manager de l’hôtel – une belle découverte, largement aussi bon que son illustre modèle que nous apprécions tant. Nous l’accompagnons de rouleaux de printemps, eux-aussi revisités et délicieux. C’est finalement le repas qui nous déçoit un chouïa par rapport à nos attentes avec cette entrée en matière.

Quand nous revenons à notre chambre, le personnel est passé installer les moustiquaires pour la nuit. Tout ici est pensé dans le moindre détail.

Nous regrettons déjà de ne passer qu’une nuit dans ce cadre idyllique et nous serions bien vues y rester un jour complet de plus si nous n’avions pas déjà organisé et réservé la suite.

Demain notre chauffeur doit revenir nous chercher pour 10 h.

Mardi 30 mai :

A 9h, de retour du petit-déjeuner, nous avons la surprise de voir arriver notre chauffeur qui nous dit que finalement, partir à 11h est suffisant. Un peu déçues de ne pas l’avoir su plus tôt – nous aurions prévu les choses différemment – nous décidons illico de refaire une promenade en vélo. Nous allons cette fois à l’opposé de la veille. C’est toujours aussi beau et sommes ravies de ce bonus.

Nous avons même le temps de prendre une douche rapide à notre retour avant de prendre la route.

Direction la baie d’Halong maritime, que nous avons choisi d’aller découvrir depuis Cat Ba, une île accessible depuis Haïphong, où nous nous rendons donc. 3 heures de route prévues, nous avons réservé le navire rapide qui fait la traversée à 15h.

IMG_7768Le trajet se passe sans encombre et nous arrivons une petite heure avant l’heure du départ. Notre chauffeur s’arrête au guichet de la compagnie des bateaux qui font la traversée, se fait confirmer le point d’embarquement et nous remet nos tickets. Nous embarquons avec essentiellement des familles de vietnamiens. La traversée dure 45 minutes puis nous sommes en vue de Cat Ba. Cette fois encore Christine nous a choisi l’un des 3 beaux hôtels haut de gamme de l’île, un peu en retrait du centre, avec piscine et accès direct à la plage. Cependant, nous sommes allées hier lire les commentaires récents des clients et nous apprenons avec stupeur qu’une extension est en construction et que la plupart se plaignent du bruit occasionné par ce chantier qui démarre à l’aube pour se terminer très tard le soir. Nous sommes déconfites. Quand, au loin nous apercevons une grue sur la droite de la petite ville de Cat Ba, Christine me dit en plaisantant : « Tiens, notre hôtel ! ». Elle ne croit pas si bien dire. Nous débarquons. Comme prévu l’hôtel a envoyé une navette pour nous prendre, et c’est bien vers la grue et la vilaine gigantesque verrue bétonnée en construction que la voiture se dirige. Cruelle déception. L’hôtel est beau, constitué de petits ensembles de 3 étages bien intégrés au cadre naturel.

IMG_6196Des palmiers, des fleurs. Une belle piscine. Une magnifique plage de sable fin dans une crique, des chaises longues confortables sous des parasols de feuilles de palmiers… et à sa droite, sous nos yeux, sur les rochers au bord de la plage, le chantier monstrueux !

IMG_61952ème surprise : la foule des baigneurs ! Il est 17h30, la mer est noire de monde, uniquement des vietnamiens, bruyants, très très bruyants.

IMG_7674Des cris, le grondement du compresseur du chantier, le marteau piqueur aussi. Nous sommes déconfites… Heureusement nous découvrons que notre chambre est en retrait par rapport à ce chantier et qu’une fois à l’intérieur, on n’entend pas trop le bruit. C’est déjà ça, nous n’avons aucune envie de renouveler l’expérience de Sapa. La chambre est agréable, au 3ème étage. Pas exceptionnelle mais bien équipée et confortable.

Pas motivées pour la baignade en mer dans ces conditions, nous décidons d’aller jusqu’à la ville. En sortant de l’hôtel nous croisons encore des dizaines de vietnamiens qui arrivent pour la plage. Ils sont amenés par des navettes, sortes de petits wagons à 12 places, qui sont tous stationnés à la sortie de l’hôtel.

La ville n’est pas particulièrement jolie, mais c’est agréable de se promener le long de la mer. Nous en profitons pour faire le tour des agences de voyage pour comparer les propositions de tours en bateau d’une journée dans la Baie d’Halong. L’une d’entre elles retient notre attention : 8h – 17h avec traversée des villages flottants de pêcheurs, canoé dans la baie et dans les grottes, grand tour dans la baie, baignade et snorkelling, arrêt et baignade à l’île des singes, déjeuner à bord, pour un prix très raisonnable. Nous réservons pour le surlendemain.

IMG_6190Sur la route du retour à l’hôtel pour aller dîner, nous nous arrêtons pour un petit mojito sur une terrasse surplombant la mer, que nous sirotons en mangeant des nems devant le coucher du soleil (encore et toujours !).

IMG_7634Nous dînons à l’hôtel mais la carte nous déçoit un peu. Heureusement le repas est bon.

Mercredi 31 mai :

Nous ne nous levons pas particulièrement tôt et, après le petit-déjeuner, constatons avec bonheur qu’il n’y a quasiment personne à la plage, et que le chantier n’est pas très bruyant ce matin. Nous en profitons donc pour aller nous prélasser et nous baigner. L’eau est délicieuse et nous apprécions ce bain attendu.

IMG_6214Puis nous décidons d’aller déjeuner en ville après nous y être promenées. Après avoir déjeuné dans un petit restaurant, nous demandons  au chauffeur de l’une des navettes qui accueillent les passagers à leur descente des bateaux, ou conduisent les vacanciers aux plages de l’île, s’il est possible de nous emmener en faire le tour. Pour un prix modeste c’est faisable, nous montons donc à bord de l’engin électrique. Après avoir fait le tour des 3 belles plages, nous souhaitons aller jusqu’au marché. Là nous descendons et notre chauffeur nous propose de nous attendre 1/4 h avant de reprendre notre tour. Un petit tour rapide où nous sommes surtout impressionnées par la variété et la quantité de plantes médicinales et autres champignons séchés proposés par les vendeurs « pharmaciens ».

Nous reprenons notre tour de ville, direction les quartiers moins touristiques, et celui du port de pêche.

Après une bonne heure de balade, le chauffeur nous dépose directement à l’hôtel. Nous avons la grande joie d’y arriver avec la marée des vietnamiens. Nous sommes quand même très étonnées de voir autant de familles. Les enfants ne vont donc pas à l’école ? Christine est persuadée qu’il s’agit de locaux qui viennent à la plage quand leurs enfants ont fini leur journée d’école. Je suis quant à moi convaincue que ce sont des vietnamiens en vacances. Nous nous renseignons donc et apprenons que les vacances scolaires ont débuté à la semaine dernière. Voilà donc l’explication. Et ils semblent s’être tous donné rendez-vous à la plage de notre hôtel. Nous constatons d’ailleurs que les vietnamiens ne nagent quasiment pas. Ils sont tous dans l’eau, à quelques mètres du bord, et ont toujours de l’eau jusqu’à la taille au maximum. Ils jouent très bruyamment (les vietnamiens sont toujours bruyants, où qu’ils soient. On ne peut pas dire que la discrétion soit leur fort), ils restent longtemps dans l’eau. Ils ne se posent pas sur le sable non plus. Nous optons donc pour la piscine où seules 3 femmes font des concours de selfies. C’est très étonnant : quand les vietnamiens photographient ce qu’ils voient, ils le font très souvent en mode selfie. Ils sont donc toujours au premier plan et se déplacent de façon à avoir le paysage en arrière-plan. Il en résulte des scènes vraiment comiques. Autre habitude que nous remarquons : les femmes – visiblement amies – assortissent souvent leurs tenues les unes avec les autres. Toutes en blanc, dans le même style, toutes en noir le lendemain. Elles sont souvent élégantes et sophistiquées aussi.

En fin d’après-midi nous nous offrons notre pause cocktail au bar de la plage devant une assiette de nems. Les baigneurs sont moins nombreux et c’est un peu plus calme. La nuit va bientôt tomber et ils commencent à partir.

Jeudi 1er juin :

Nous avons rendez-vous à 8h devant l’entrée de l’hôtel avec le taxi qui nous emmener à l’embarcadère pour prendre le bateau pour passer la journée dans la Baie d’Halong. Nous ne sommes pas trop nombreux. Nous naviguons dans ce décor incroyable.

Après l’avoir si souvent admirée en photo, ou dans des reportages à la télévision : je suis vraiment dans la Baie d’Halong ! Et c’est évidemment bien plus grandiose dans la réalité qu’en images.

Au bout d’une heure et demi, le bateau s’arrête près d’une cabane flottante équipée d’un ponton, et nous descendons pour aller faire du canoé. Christine craint un peu que nous soyons ridicules (il faut dire que nous sommes largement les plus âgées du groupe), mais nous nous en sortons très honorablement. Trouvons rapidement la technique efficace pour avancer et surtout nous diriger là où nous le souhaitons.

IMG_6281C’est un bonheur de progresser au raz de l’eau transparente, au pied de ces géants de pierre magnifiques. En passant près d’un îlot, nous apercevons des singes, nous nous en approchons pour les observer…

IMG_6293De retour sur le bateau, c’est l’heure du déjeuner, bien servi. Puis nous reprenons notre navigation dans la baie mythique avant une pause baignade. La mer est un peu agitée et il est donc impossible de faire du snorkelling comme prévu initialement. Dommage. Quand le bateau est immobilisé, nous pouvons sauter du pont supérieur directement. En voyant les autres faire, je suis très tentée et me décide finalement de me jeter à l’eau (ha ha ha !). Je prends auparavant la précaution de passer un cordon autour de mes lunettes de vue solaire, et de nouer le cordon à mon maillot. Contente de moi, je saute… pour constater très vite en remontant à la surface que mes lunettes ont repris leur liberté et ne savent pas nager. Le cordon lui est toujours là. Grosse bêtise, je ne peux en vouloir qu’à moi-même. Déçue et contrariée, je nage un peu et veux remonter à bord. Sauf qu’il y a du courant, et que le courant me colle à la coque. Je dois batailler pour rester au niveau de l’échelle. Et celle-ci n’est pas verticale mais suit la courbure de la coque du bateau. Pour encore corser l’affaire, la première marche est très haute et je dois tirer sur mes bras. Sauf que j’en ai à peine la force. C’est avec bien du mal que je réussi enfin à me hisser à la dernière marche, craignant à chaque fois que je relâche une main pour la remonter plus haut, de tout lâcher et de retomber en arrière. Ça m’ôte toute envie de retourner à l’eau. Christine, quant à elle, a préféré rester à bord, n’étant pas à l’aise quand elle n’a pas pied. Quand je lui raconte le mal que j’ai eu à remonter, elle est bien contente de ne pas avoir cédé à l’envie de baignade dans ces conditions.

Après cette longue pause, le bateau redémarre. Nous serpentons alors au milieu de villages de pêcheurs flottants.

Des dizaines de cabanons entourés de filets, de casiers, de bateaux tout autour de nous. Cela ajoute encore à la beauté du paysage. Je prends des tas de photos, consciente que jamais elles ne restitueront combien ce décor est impressionnant.

La dernière étape de ce tour est un arrêt d’une heure sur Monkey Island (l’île aux singes). Alors que le bateau s’en approche, on nous annonce qu’à cause de la marée, il n’y a pas assez de fond pour s’approcher de la plage. C’est donc un petit bateau-taxi qui va venir nous chercher pour nous faire débarquer sur l’île. Le souci, c’est que la mer s’est vraiment formée et est très agitée. Le petit bateau ne reste pas sur place et enjamber pour aller à bord est très périlleux. Quand nous voyons comment ça se passe pour ceux qui nous précèdent qui sont à 2 doigts de tomber à l’eau ou au moins se blesser en sautant à bord, Christine et moi nous demandons sérieusement si nous allons débarquer dans ces conditions. Finalement, le petit bateau-taxi est un peu mieux maintenu bord à bord avec le nôtre et c’est à peu près en sécurité que nous le rejoignons. Les quelques dizaines de mètres qui nous séparent de la plage nous semblent longues sur cette mer agitée. Et il faut maintenant débarquer. L’opération s’avère tout aussi périlleuse. Nous nous en sortons sans bobo mais n’étions pas vraiment rassurées. Sur cette île nous avons le choix entre l’ascension jusqu’au point culminant pour admirer la baie d’en haut, ou rester à la plage. Nous sommes en sandales, il fait très très chaud malgré un vent persistant, nous optons donc pour la deuxième proposition. Nous avons la chance de trouver une petite place à l’ombre du seul petit bosquet de cette belle plage de sable fin.

Quand il faut retourner à bord de notre bateau, la situation ne s’est pas améliorée. Notre guide doit d’abord faire signe à l’un de ces bateaux-taxis qui font la navette entre la plage et les nombreux bateaux qui ont déversé leurs flots de touristes… (bon j’exagère un peu, il y a une dizaine de bateaux, et jamais plus d’une vingtaine de personnes à bord… mais ça fait quand même du monde). Quand enfin l’un d’eux se dirige vers nous il faut maintenant se hisser à bord. La tâche n’est pas simple, et ce genre d’exercice n’est définitivement pas de notre âge. Ça demande de la souplesse, de l’équilibre et de la force que nous sommes loin d’avoir. Le retour à bord de notre bateau n’est pas plus brillant, et nous nous sommes vraiment fait peur. Une chance que nous ne nous soyons pas blessées. Pas contentes du tout les filles !. Heureusement qu’un groupe de 4 ou 5 jeunes Québécoises très sympas étaient là et nous ont donné un coup de main.

IMG_6340Retour à notre point de départ où le taxi nous ramène à l’hôtel.

Pour nous récompenser de ces efforts, après une petite baignade dans la piscine et une douche, nous nous offrons un cocktail accompagné d’une glace pour Christine et d’une grosse crêpe banane/chocolat pour moi… qui me restera sur l’estomac toute la soirée !

IMG_7673

Demain, c’est le retour à Hanoï et la fin du séjour de Christine…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s